Parmi les comportements que je deteste plus chez les jeunes de montrouis, il y a le fait qu’ils n’encouragent pas avec intérêt toutes les activités qui se portent vers la formation, cela va de même pour une activité sociale, une activité qui cherche à découvrir de nouveaux talents au coeur de la commune, en vue de fixer la projection sur eux, afin qu’ils puissent obtenir une visibilité communale, pourquoi pas territoriale.

Toutefois, ces jeunes là demeurent de veritables supporteurs des activités de rabòday, qui visent seulement à salir l’image de la jeunesse et mettre de l’argent dans les poches de certains promoteurs et DJ.

Néanmoins, quasi-tout ces jeunes là avaient passé même pour une fois dans leurs vies, dans l’une des institutions éducatives de Montrouis, un comportement qui est different de celui des jeunes de certaines villes dans le pays comme Port-au-Prince, Cap Haïtien. L’image affichée par la jeunesse montrouisienne nous donne la possibilité de douter sur la fiabilité de l’éducation à Montrouis. Tout en se questionnant ainsi: existe-il vraiment une éducation qualitative à Montrouis?

Je n’ai aucun problème avec ces promoteurs là, qui s’engagent à s’organiser des activités de rabòday, car elles rapportent pour eux un bénéfice économique. Mais mon plus grand souci, c’est le fait qu’ils s’enrichissent en détruisant une jeunesse, à travers des messages sexistes véhiculés dans les chansons de rabòday.

En vertu de la compréhension du civisme, qui oblige le devouement du citoyen à participer activement et positivement dans la vie sociale, politique et économique de la communauté. Je déclare avec toutes mes forces de considérer ces genres de promoteurs et ces jeunes là comme des vrais individus non comme des citoyens, à raison de leur non participation ou de leur manque de considération aux activités qui pourraient développer la communauté et refléter une autre image positive sur la commune les Arcadins.

Illustrons ! WhatUp production, une institution qui travaille dans le domaine photographie et vidéographie à Montrouis, organise toujours depuis des années au mois de décembre le coucours intitulé « Reyalite nwèl » dans le but de trouver de nouveaux talents montrouisiens comme Medina Geoges, Djimmy Goov et tant d’autres: en décembre 2018 lors de la grande finale de ce concours, des individus mal intentionnés ont lancé des pierres et des bouteilles, évènement qui a causé l’arrêt total de la finale pour la soirée…

Tout de suite après l’incident, j’ai lu des commentaires allant au même sens sur le statut whatsApp de plusieurs amis :

« Final la pa tap janm ka fèt jodi a akoz de pwogram DJ ki tap òganize nan menm jou a »

D’autre part, Her-max production, une société qui est formée par plusieurs jeunes intellectuels montrouisiens, s’engage depuis quelques années à lancer chaque dix huit (18) du mois de Janvier un concours baptisé : « Concours Génie interscolaire de Montrouis » (CGIM). C’est un programme qui encourage les élèves, particulièrement ceux de la neuvième année fondamentale, a prendre leurs études en main. D’autant plus, cela permet aux autres communes voisines d’avoir un coup d’œil positif sur nous, les Arcadinois(es) .

Il semblerait que le staff malgré son dévouement et son ambition d’organiser le concours chaque année, est dans l’impossibilité cette année de satisfaire cette passion. Face à cette difficulté la majorité de la population reste muette, même le secteur qui se dit être secteur éducatif à Montrouis ne se prononce pas sur cette affaire. On dirait que l’arrêt partiel de cette activité joue en leur faveur.

En regardant, comment la morale est entrain de dissoudre à Montrouis, nous essayons de comprendre l’échec d’une classe, qui se dit être la classe des notables. Cette dernière qui a pour mission d’orienter la jeunesse sur la bonne voie, on dirait qu’elle oublie totalement sa mission. Elle préfère se lancer dans le domaine politique, sans tenir compte de la formation de la jeunesse, l’avenir de la commune. Tel est aussi le comportement des dirigeants de l’État haïtien.

Il est temps pour que la GENERATION CONSCIENTE montrouisienne prenne en main leur destin. La GENERATION CONSCIENTE, c’est ceux qui prennent conscience de la maladie dont la société est en train de confronter dans le but de retirer la commune Arcadins du trou de l’immoralité dans lequel elle s’y trouve, car : « Entre le civisme et une partie de la jeunesse montrouisienne, le rabòday est au milieu ».

Caleb Franck Junior FONTILUS